Paresse et humilité

by

La plupart des scénaristes professionnels sont des paresseux qui cherchent à en faire le moins possible et qui râlent quand on leur fait remarquer, après, que leur travail manque de profondeur ou présente des imperfections. La vérité c’est qu’un producteur ne vous reprochera jamais d’avoir bien bossé et surtout, que s’il vous pose des questions sur un sujet pour lequel vous êtes excellement bien documenté, vous pourrez toujours lui clouer le bec.

Contrairement à ce que racontent les scénaristes implantés dans le milieu, les producteurs ne sont pas là pour faire chier. Ils veulent la meilleure histoire possible. Ils ne sont pas débiles et savent entendre les réponses que vous leur donnez. Ils savent aussi porter un regard juste (personnel mais juste) sur votre travail. Je soupçonne beaucoup de scénaristes établis d’être incapables de tolérer la critique.

Or, la première qualité d’un scénariste c’est l’humilité. Votre travail n’arrivera jamais aux mains du public tel quel, il passera par le filtre d’un réalisateur, d’acteurs, d’un metteur en scène, par tous les aléas de la technique, de la météo et des repérages. Dans le meilleur des cas, vous reconnaîtrez votre histoire, dans le pire, vous ferez jouer votre droit de rétractation morale.

Partant de ce principe, apprenez à vous concentrer sur ce qui est vraiment important: l’histoire. Une mauvaise réalisation peut tuer une bonne histoire, c’est vrai, c’est désespérant, mais ce n’est pas la peine d’en faire une maladie. Donnez le maximum de vous-même et ouvrez-vous à la critique. Un regard extérieur, même incompétent, est toujours pertinent, parce que nous faisons un métier d’émotions et d’humanité qui renvoie à quelque chose à l’intérieur du lecteur qui relève de l’intuitif, du coeur, du vécu personnel et que si nous échouons à toucher l’autre c’est nous qui sommes en tort.

Évidemment, c’est dur, on n’a pas tous la même sensibilité, et bla et bla et bla. Je peux vous sortir des brouettes d’excuses pour justifier de ne pas faire votre travail – ou le mien, en l’occurrence. La vérité c’est que c’est votre boulot d’arriver à toucher les gens, quels qu’ils soient.

Donc, humilité. Tout commentaire, même mal formulé, même débile, est bon à considérer. Tout n’est pas à prendre pour argent comptant et il ne faut pas changer votre scénario à chaque fois, mais juste écouter et apprendre à entendre le sens de ce qu’on vous dit. Ca aussi c’est votre boulot: comprendre comment marche l’humain, comment marche le ressenti. C’est toujours un sentiment qui est à l’origine d’un retour sur votre travail: ça peut être le plaisir, la peur, l’ennui, la lubricité, la joie, n’importe quoi. A vous de le comprendre.
Posez des questions pour identifier ce qui a pu toucher votre lecteur et comment ça l’a touché.

Réagissez en fonction.

3 Réponses to “Paresse et humilité”

  1. Ressorts comiques « Dramaturgie et scénario Says:

    […] et les situations ou alors, comme je le suggérais dans un de mes premiers posts, c’est que les scénaristes français sont paresseux. D’un autre côté, si nous touchions autant que ce qu’ils touchent, peut-être le […]

  2. Marcou Says:

    Bonjour, bravo et merci de vos articles. Je travaille actuellement sur un scénario Comédie comique, si possible vos conseils ? Cordialement.

    • Anaël Says:

      Bonjour,
      Merci pour votre commentaire mais je ne sais pas vraiment quels conseils vous voulez. Je peux écrire un billet sur la comédie si vous le souhaitez.
      Anaël

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :