Synopsis – courts, longs et moyens

by

Je rattrape mon retard comme je peux.
C’est un peu tard pour répondre à la question du postulant, mais c’est aussi bien, je n’aurais pas voulu te charger la tête de notions inutiles et de règles arbitraires.

Le synopsis est un exercice bâtard à mi-chemin entre écriture littéraire et écriture scénaristique. D’ailleurs, il ne faut pas le dire, mais je me sers d’un synopsis écrit au conservatoire comme trame d’un prochain roman.

La différence entre un synopsis court et un long, c’est … sa longueur, avec pour corollaire important le degré de détails. N’importe quelle histoire doit pouvoir se résumer à une phrase. Pour ceux qui, comme moi, ont besoin d’espace pour se sentir à l’aise, c’est plutôt un paragraphe ou une page. Et ce, quelle que soit l’histoire.
C’est très important de comprendre ça parce que nous avons besoin, dans ce métier, de savoir de quoi nous parlons. Et c’est souvent difficile pour un auteur, pris dans les méandres de son imaginaire, d’arriver au coeur de son histoire. C’est pourtant très instructif et très utile pour pouvoir bien raconter cette histoire.
Sauf pinaillage, ce résumé s’appellera un synopsis à partir du moment où il contient le début, le milieu et la fin de l’histoire:

Le synopsis raconte une histoire.

En général, d’après ce que j’ai pu voir et entendre, un synopsis de long-métrage que l’on destine à un producteur fait dans les 5 pages. Au-delà, on commence à parler de traitement mais pour moi, c’est de l’ordre de l’enc**** de mouches.

Les vraies différences à retenir sont entre le synopsis, le séquencier et la continuité dialoguée, qui correspondent vraiment à des catégories différentes.

Cette histoire de synopsis/traitement rejoint mon idée de la flemme du scénariste, qui aime avoir beaucoup d’argent pour le moins de travail possible. Les producteurs, eux, en veulent le plus possible pour leur argent, d’où la distinction. Mais l’objet est le même: Un résumé plus ou moins littéraire d’une histoire encore à écrire.

J’ai l’habitude de comparer le synopsis à une nouvelle, à plusieurs différences près, très importantes:
– le synopsis ne contient aucun dialogue ;
– le synopsis ne contient rien qui ne puisse être traduit visuellement (pas de « il pense que » ; « il se sent ceci ou cela » ; pas de voix intérieure) ;
– le synopsis respecte la structure du film et, souvent, préfigure son découpage narratif ;
– le synopsis évite les formules de style, il est rédigé au présent et à la troisième personne.

Ces règles, à part la dernière, permettent quelques exceptions. Il faut garder en tête que le synopsis doit donner une idée assez claire du film à venir, pas être une oeuvre en soi.

Plus le synopsis sera long, plus vous pourrez entrer dans les détails avec le risque qu’au moment de passer au séquencier, beaucoup des éléments que vous aviez imaginés et qui fonctionnaient bien dans l’objet semi-littéraire qu’est le synopsis, sautent parce qu’ils ne seront pas adaptés ou adaptables à l’objet scénaristique.

Advertisements

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :