C’est le jour!

by

Glacier_fonteAujourd’hui (enfin hier, vu que mes journées sont décalées), c’était le Blog Action Day. Quinze mille blogs du monde entier se sont engagés à parler d’un même sujet: l’environnement, pour montrer le pouvoir de la blogosphère — même si je ne vois pas trop ce que ça va changer mais admettons, on ne maîtrise pas l’ampleur des conséquences de nos actes.

Jill Golick, chez qui j’ai trouvé l’info, il y a quelques semaines, a fait un post intéressant où elle s’intéresse au silence de la fiction télé sur le sujet (cliquez, il y a un très bon sketch de Larry David). Pourquoi n’y a-t-il aucune série sur l’environnement? Est-ce lié au fait qu’aucun héros ne peut sortir gagnant de la lutte contre le mal-être de la planète? Est-ce trop lourd pour notre conscience de voir sur l’écran en plus de notre quotidien tout ce que l’on ne fait pas pour aider le monde à aller mieux?

Parce que franchement, on a tous mauvaise conscience, on fait tous des trucs qu’il ne faut pas. Comme acheter suremballé, ne pas bien trier nos déchets, prendre des douches trop longues, manger du sushi alors que le thon rouge est en voie de disparition, laisser la lumière dans les pièces où l’on n’est pas, ou la télé en veille… Je suis le premier à le faire et à me sentir mal à l’aise. Parce que si je n’arrive pas à faire d’aussi petits gestes, comment puis-je espérer que les choses changent? Il m’arrive, quand je suis énervé, d’être cynique, de me dire qu’autant profiter de l’abondance tant qu’elle est là, et puis merde, on verra après pour les conséquences.

Mais au fond, je me sens coupable et j’ai surtout pas envie de voir Kevin Costner débarquer chez moi dans quinze ans pour tout péter.

Waterworld

Où je suis sûr qu’il y a moyen de faire un parallèle avec les personnages de fiction.
Le sous-texte, l’action signifiante sont au coeur de la problématique. Une petite mesquinerie faite à l’environnement sert d’exutoire à une frustration individuelle, gaspiller de la ressource permet au personnage de dire sa colère. Sauf qu’il ne s’agit plus de petite mesquinerie et quand je vois, dans des séries pour enfants, des dessins animés, un personnage qui se lave les dents en laissant couler l’eau, qui ne referme pas la porte du frigo, quand je vois de mauvaises habitudes à l’écran, je suis en colère.

Entre autres nombreuses attributions, la fiction a un rôle d’éducatrice. Non seulement la fiction enfant, mais aussi la fiction adulte, même si nous l’acceptons moins facilement. À tous âges, si l’on regarde des séries, si on lit des romans, c’est pour trouver des modèles de vie. Le héros, s’il gagne à la fin, c’est pour dire que sa manière d’aborder le monde est légitime. J’ai eu de passionantes discussions autour de Dexter et de Jack Bauer et de leur signification profonde, de ce que la série révèle sur l’état d’une certaine Amérique, qui accepte d’avoir besoin de recourir à des méthodes extrêmes pour se faire justice. Ses nouveaus héros sont des psychopathes.
Qui n’a jamais senti de l’admiration pour un héros de fiction? Qui ne s’est jamais dit « si seulement j’étais davantage comme lui/elle, ma vie serait tellement meilleure? » Même passé l’âge de l’enfance et de son imitation immodérée des héros.

Dayaftertomorrow_Paris

Avec ce pouvoir, la fiction a les moyens de faire passer de vrais messages. Et encore une fois, les leçons morales passent tellement mieux quand elles sont subtilement glissées dans les détails et les sous-textes d’histoires bien dramatisées, divertissantes. Voyez le sketch de Larry David, on peut dire des choses graves sans en avoir l’air, et ça marche. Bien mieux que de faire de gros discours alarmistes. Bien mieux, parce que l’exemple visuel et mis en situation s’insinue tranquillement dans l’inconscient du spectateur et vient le chatouiller au bon endroit au bon moment. Il y a de vraies questions méthodologiques à se poser: comment faire passer un message sans en avoir l’air dans la fiction? comment toucher le spectateur en douceur?

J’ai d’incroyables souvenirs de films, qui surgissent à des moments clés de mon quotidien, des trucs à la con qui m’accompagnent parce qu’ils ont su, à un instant donné, faire écho à mon expérience individuelle et la mettre dans une nouvelle perspective. A nous, scénaristes, d’utiliser à bon escient la fascination hypnothique qu’exerce le défilement à 24 images/sec sur l’esprit du spectateur. Pour parler d’environnement ou d’autre chose, mais c’est quand même le problème majeur auquel doivent faire face nos générations. C’est dingue que personne n’en parle, ou plutôt, ce qui est dingue, c’est que tout le monde n’en parle pas. Ça semble être l’obsession la plus partagée et pourtant la moins discutée. Peut-être parce qu’on ne sait pas trop par quel bout le prendre, qu’on ne sait pas où cela va aller et à quelle vitesse, qu’on se sent impuissants à freiner la machine emballée…

Vérité_dérange

Ça commence à être un long message, presque mille mots. J’ai vaguement essayé de rester sur les rails du blog et de traiter de dramaturgie et d’environnement… je crois que j’ai lamentablement échoué.

Sinon, à la base, je voulais parler de Profession Film, nouvelle mouture de feu Le Technicien du film, parce que pour leur premier numéro, ils font un dossier intitulé « La Révolution Verte » qui se demande comment allier audiovisuel et développement durable. Mais je n’ai pas eu le temps de le lire, ça a l’air bien fait, trop court et trop superficiel, comme toujours avec les magazines mais c’est un début et ils proposent des solutions. Le débat est lancé sur les forums du site.
Le magazine a l’air bien foutu, assez complet dans son idée de faire un magazine pour tous les professionnels du film… ou presque puisqu’il n’y a rien sur le scénario.

Dauphin chinois

Étiquettes :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :