Carpoolers

by
Carpoolers_cast

Cela fait quelques temps déjà que j’entends les producteurs dire qu’ils recherchent le Desperate Housewives masculin. Il se pourrait bien que Carpoolers, la nouvelle comédie de ABC (encore eux) soit cette série, le pseudo policier en moins.
Le carpool, c’est la version américaine du covoiturage, beaucoup plus répandu outre Atlantique, où les routes sont longues et les banliueues amicales, qu’ici. Les carpoolers, ici, sont quatre hommes issus de la même banlieue à la Wisteria Lane, qui partent tous les matins travailler ensemble en ville. Ils bossent dans le même immeuble de bureaux, je n’ai pas encore bien tout saisi parce qu’on ne voit, dans les deux premiers épisodes, que deux personnages travailler (l’un est dentiste et l’autre conseiller conjugal).

Les archétypes représentés par les personnages sont le divorcé séducteur incarné par Jerry « Sliders » O’Connell, le tout jeune marié un peu naïf, Carpoolers1le timide vétéran du mariage qui a au moins 10 gamins hyperactifs et une femme dont on ne voit que les jambes (elle passe ses journées à regarder la télé et ne s’occupe absolument ni de la maison ni des enfants), et le classique dernier, plus famille statistiquement représentative, avec une femme (Faith Ford), qui travaille, et un fils, Marmaduke (T.J. Miller) genre Tanguy, qui n’en fout pas une.
Dans les rapports qu’ils entretiennent, il y a une vieille amitié entre Laird (Jerry O’Connell) et Gracen (Fred Goss), le petit nouveau Dougie (Tim Peper) est le souffre-douleur du groupe (il se fait tout le temps renverser par des voitures) et Aubrey (Jerry Minor) lutte pour se trouver un espace de sérénité.

Côté structure, c’est assez classique, avec une intrigue A et une B dans chaque épisode. Je vous avouerai que je n’ai pas encore vraiment fait attention aux ruptures d’acte, j’en suis encore à ma première vision, tout empreinte de plaisir spectatoriel, de la joie de la découverte et tout et tout. Notamment, il y a un teaser en début d’épisode avec les 4 mecs qui chantent en choeur dans la voiture et je me demande si la chanson n’est pas une Carpoolers3introduction au sujet de l’épisode. C’est à vérifier. Je vous en reparlerai sans doute. [edit] Après visionnage du troisième épisode, la chanson laisse place à une autre activité dans la voiture, qui est bien à l’origine d’un des noeuds dramatiques de l’épisode.
Ça marche pas mal, c’est souvent drôle, parfois absurde, les acteurs sont bons, les situations sont sympa mais je crains que certains gimmicks ne deviennent lourds s’ils sont répétés à chaque épisode.

A suivre, donc.

Ah, et pour les intéressés, un des rares articles de la blogosphère sur la série.

Advertisements

Étiquettes :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :