De la bonne gestion des informations

by

Typiquement, l’émotion marche aussi avec la préparation des scènes et la gestion des informations dans le scénario. Dans le dernier épisode de Chuck il y a un excellent exemple de mauvaise gestion de l’information.

Je résume: un méchant empoisonneur fait ingérer à ses victimes un dérivé mortel du penthotal, ce qui en plus de les tuer à petit feu les oblige à dire la vérité, rien que la vérité. Chuck, qui n’a rien d’un super-agent balance plein de vérités (genre « ce que t’es belle » ou « K.C., ta mâchoire a été sculptée par Michel-Ange lui-même »). Ses deux accolytes qui, eux, sont des supers agents en disent un peu moins mais ils en disent quand même un peu ce qui fait que le spectateur n’est pas sûr de s’ils subissent l’effet de la drogue ou pas, s’ils maîtrisent ou pas. A vrai dire, on a plutôt l’impression qu’ils sont dans le même bateau que Chuck.
Arrive le climax et Chuck empêche la fille, Sara, agent de la CIA qui a comme couverture d’être sa petite amie de boire l’antidote au poison et lui demande si « le truc en-dessous de leur truc est réel », autrement dit si leur histoire amoureuse a une chance d’aller quelque part, au-delà de la couverture. Sara le regarde fixement, les yeux un peu humides, elle hésite, et dit « Non », c’est un nom assez ferme. Chuck est déçu mais au moins il sait à quoi s’en tenir.
La dernière scène de l’épisode a vraiment un goût de rapiécé, c’est K.C., l’agent de la N.S.A. qui appelle Sara (les scènes de téléphone sont très dures à réussir) et qui lui demande: « Pendant que tu étais sous penthotal, tu n’as rien dit qui aurait pu nuire à ta couverture? » Sara: « Non, heureusement qu’en tant que super agent (sic) on est entraînés à résister aux effets du penthotal » avec un regard tristounet vu que Chuck vient de lui dire: « il faut qu’on rompe » (pour lui rien n’est réel).

Ca ne marche juste pas. Parce qu’on a le sentiment que les scénaristes n’ont pas réussi à trancher pendant tout l’épisode et il a fallu qu’ils se décident à la fin.

Ceci dit, l’épisode est un excellent exemple de gestion d’intrigue B et d’intrication A + B.

Étiquettes :

Une Réponse to “De la bonne gestion des informations”

  1. Cedric Says:

    D’une maière générale on ne peut pas dire que cette série soit une réussite. Après lui avoir laissé sa chance (3 épisodes), j’ai renoncé. Et pourtant, Sara………😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :