La pensée inconsciente

by

J’en parle souvent, je n’ai jamais fait de post dessus. Et aujourd’hui je découvre ces excellents articles de Denys Corel ici et , qui montrent une fois de plus la supériorité du taoisme sur tout autre courant de pensée. Non je déconne (ou pas, allez savoir). Ce qu’il faut en retenir c’est que dans le processus de création il y a la volonté agissante, rationnelle, qui applique la théorie, qui réfléchit, joue au puzzle avec ses niveaux d’intrigue, crée des énigmes, etc. Et il y a la part tout aussi importante de l’inaction, le payoff des longues heures de réflexion stériles, l’idée de génie qui surgit sous la douche, ou en passant l’aspirateur, ou en faisant la vaisselle, bref, quand la conscience n’est pas concentrée sur le problème, quand les sens ne sont pas accaparés (dans mon expérience, regarder la télé, jouer à un jeu vidéo, ne favorise pas l’émergence des idées), et que l’attention peut vagabonder et faire confiance au corps pour accomplir seul la tâche répétitive et monotone en cours.

C’est dans cette inaction, ce silence du mental, que surgissent les idées et les solutions aux problèmes sur lesquels le mental s’est penché pendant des heures et des heures. Ben oui, il faut un minimum de préparation, il faut être arrivé à saturation, avoir consciemment tourné et retourné le problème dans tous les sens, sinon, ça ne fonctionne pas. Ce serait trop simple. Sauf si ce que vous cherchez, c’est une idée inédite, auquel cas c’est au terme d’une alimentation culturelle forcenée que quelque chose surgira du silence de votre esprit.

Méditer aide à faire silence. C’est quelque chose qu’il nous faut souvent réapprendre, la société dans laquelle nous avons grandi mettant en avant la raison raisonnante et la conscience mentale. En complément, il y a d’intéressantes réflexions d’Holly Lisle et certainement d’autres gens sur le sujet. Je mettrai à jour si/quand je trouverai d’autres références (toujours la règle de la 1/2 heure, sinon, je me connais, je vais passer ma journée à chercher sur le net) En voilà une nouvelle : Michel.

Bien sûr, il s’agit de savoir quand faire silence et quand laisser le mental bosser comme un forcené, et c’est le plus dur. Il ne s’agit pas de prendre le prétexte de la pensée inconsciente pour arrêter de bosser non plus.

6 Réponses to “La pensée inconsciente”

  1. Michel Says:

    Tiens, c’est marrant : j’ai écris un truc la dessus –
    http://affinits-eclectiques.blogspot.com/2007/01/la-naissance-dune-ide-dun-concept-dun.html

  2. sally Says:

    Dans l’idéal ça serait comme ça mais je crains que la réalité soit autre…
    Je vais me pencher sur les articles de Denys Corel, ça a l’air intéressant.
    As tu lu « Les miroirs obscurs: grandes séries américaines d’aujourd’hui », juste savoir si ça vaut le coup de le lire car j’en ai déjà une ribambelle de bouquins!

  3. Anaël Says:

    Salut Sally,

    dans mon expérience, c’est assez comme ça quand même. Après avoir trimé comme un dingue toute la journée sur un problème de scénario, c’est souvent au moment de m’endormir, ou le lendemain sous la douche, que la solution me saute au pif. Et j’ai pu constater que plus l’effort du « mental conscient » était appuyé, plus le travail de l’inconscient portait rapidement ses fruits. Si je n’ai en tête que quelques minutes chaque jour mon problème, il me faudra plusieurs heures pour que l’idée me saute dessus. J’ai coup sur coup résolu deux soucis d’écriture sous la douche, comme ça, ces derniers jours.

    Je n’ai pas lu « Les miroirs obscurs », je lis assez peu en ce moment, et essentiellement des bouquins jeunesse. Je ferai d’ailleurs bientôt une note sur Le Guide de l’édition jeunesse, compagnon nécessaire et indispensable de tout auteur intéressé par le milieu.

  4. sally Says:

    Merci Anaël,

    Je voulais dire que je ne sais pas si les pro peuvent se permettre ce « luxe »(ce n’est pas une critique), malheureusement d’ailleurs car ça fait partie du processus de création.
    Je comprends ton intérêt pour la littérature jeunesse, on y trouve des perles de fantaisie, humour,ingéniosité…:)

  5. Anaël Says:

    Je ne crois pas que ce soit un luxe, juste une absolue nécessité. Et je pense que pour devenir pro, il est crucial de s’approprier complètement toutes les phases du processus créatif.
    Plus tu sauras identifier ces phases et reconnaître à quel moment il faut lâcher prise, plus tu seras maître(sse) de ton travail, donc plus tu seras pro.

  6. sally Says:

    Ah oui, dans ce sens là ok 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :