L’ironie dramatique

by

J’ai eu l’occasion récemment de replancher sur l’ironie dramatique.
Pour ceux qui ignorent de quoi il s’agit: l’ironie dramatique est un procédé narratif qui est, notamment, à la base du quiproquo, du suspense, du tragique, de certains double-sens dans les dialogues, et de plein d’autres choses encore.
Sa définition: le spectateur sait quelque chose que l’un des personnages de la scène ignore. Cette avance d’information du spectateur est source d’émotion.

Oui, parce qu’un bon scénario est avant tout un jeu avec le spectateur, pas juste une histoire qu’on lui impose en le laissant à l’écart, on joue avec lui et c’est ce qui lui fait prendre son pied.

Pour revenir à l’ironie dramatique, elle repose sur une habile gestion de la préparation et de l’exploitation. La difficulté pour le scénariste est d’arriver à mettre en place une scène où l’information déficitaire du personnage est centrale, où tout l’humour, l’appréhension, la tristesse, … naît de cette information que le spectateur possède et le personnage ne possède pas.

Exemple. Dans Roméo et Juliette, à la fin. Juliette feint la mort. Nous le savons, pas Roméo. L’exploitation: Roméo prépare son propre suicide, Roméo mésinterprète les signes du réveil de Juliette, Roméo se donne la mort sur la tombe de Juliette, Juliette se tue. Tout cela naît d’une information manquante: Roméo ignore le stratagème de Juliette. Il y a ironie dramatique.

Technique
L’ironie dramatique se construit en trois temps: préparation, exploitation, résolution.
La préparation, c’est la scène où l’auteur transmet au spectateur une information. Dans notre exemple, c’est la scène où le prêtre explique à Juliette le fonctionnement du poison qu’il lui donne.
Option: une scène peut expliciter le manque d’information de la victime de l’ironie dramatique: ici, la scène où Roméo ne reçoit pas la missive du prêtre.

L’exploitation c’est la ou les scènes qui se construisent autour du déficit d’information de la victime et créent quiproquo (exple: dans Le Placard, nous savons que Pignon n’est pas gai, pourtant son patron l’envoie à la gaypride prendre place sur le char de la boîte => comédie), tragique, etc.

La résolution c’est la scène où la (ou les) victime(s) de l’ironie dramatique découvre ce qu’elle ignorait et réagit en conséquence. Il en découle d’autres réactions car, dans tout bon scénario chaque action est la conséquence directe de celles qui précèdent.

Distinction
Il existe néanmoins deux types d’ironies dramatiques: celle que j’appellerais l’ironie dramatique logique, qui est dictée par la cohérence du récit mais ne donne pas lieu à une réelle exploitation. Le simple fait que deux personnages n’aient pas le même niveau d’information ne suffit pas à ce qu’il y ait ironie dramatique au sens narratologique du terme. Si le manque d’information n’est pas au coeur d’un malentendu entre les personnages, alors on a affaire à une ironie dramatique logique.

L’Ironie Dramatique dramaturgique, au contraire, est un véritable outil narratif et doit servir de pivot au récit. Il faut traiter l’information manquante comme un objet de conflit et/ou un obstacle, en tous cas la mettre au coeur d’une ou plusieurs scènes dont elle sera l’objet.

Il ne suffit donc pas de décaler la transmission d’une information à un personnage pour pouvoir parler d’Ironie Dramatique et pour justifier de mettre en branle toute la machine à construire derrière l’outil.

Publicités

4 Réponses to “L’ironie dramatique”

  1. louis Says:

    Il me semble que l’effet est n’est pas le même lorsque la victime de l’erreur est le héros lui-même. Les malheurs de Pigon arrivent suite à l’erreur de son patron, les malheurs de Roméo arrivent suite à sa propre erreur.

    Par ailleurs, l’ironie est plus forte lorsque :
    l’erreur est déterminante. La victime du malentenu n’aurait jamais agi de la sorte en connaissance de cause (elle adopte un comportement contraire à ses intérêts)

    l’erreur est caractéristique. La victime agit conformément à son caractère en tirant les conséquences de la fausse information. Il est « logique » que Romeo veuille mourir. Il révèle l’étendu de ses sentiments à travers ce geste. c’est un moment de caractérisation du personnage.

    l’erreur est tragique. la victime se met en danger par erreur. Ou bien son comportement est irréparable. La résolution du malentendu engage la résolution de l’histoire elle-même.

  2. JC Says:

    Lavandier, sort de ce corps ! 😉

  3. JC Says:

    « Sors », même, c’est encore mieux.

  4. Quelques définitions « Dramaturgie et scénario Says:

    […] Ironie dramatique : le spectateur sait quelque chose que l’un des personnages ignore. Cette avance d’information du spectateur est source d’anticipation. Cette ironie dramatique peut être standard (nous avons clairement été informés de l’élément qu’ignore la victime) ou diffuse. En effet, nous n’avons pas été explicitement informés dans le récit, mais étant nous-mêmes en dehors de celui-ci, nous nous doutons de quelque chose que la victime ne peut pas, elle, deviner. [en savoir plus…] […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :