Passage éclair

by

Je vois que mon dernier post remonte déjà à 11 jours! Le temps file. Ce mois-ci, c’est famille famille. Cousin, beaux-parents, parents, belle-soeur se succèdent. Soit qu’ils viennent chez nous ou que nous leur rendions visite. Par conséquent, je suis assez peu devant l’ordi et je délaisse le blog.
Je continue mes réflexions, je prépare des posts. Tout cela va redémarrer bientôt. Dès que je parviens à me poser quelque peu.
A titre de présondage: combien d’entre vous seraient intéressés par une formation en scénario hors écoles, quelle formule vous attirerait (mensuelle, hebdo, quotidienne? Sur un an, resserrée sur quelques mois, sur une semaine?), que voudriez-vous y faire principalement (apprendre la théorie, développer votre « voix » scénaristique, écrire un projet précis ou plutôt y faire une multitudes d’exercices pour tester différentes approches, techniques, genres?) et combien d’argent seriez-vous prêts à y investir?
Je réfléchis à développer mon activité de formateur en montant ma propre structure, quelque chose d’assez modeste, toujours dans l’esprit de ce blog, que je veux laboratoire de réflexion et d’échange mais aussi espace de conseils pragmatiques.
Je penche pour une formule d’ateliers sur un week-end (soit 16 à 24 heures d’atelier) par mois pendant 10 à 12 mois avec comme objectif principal l’écriture d’un long-métrage. Je pense qu’il faudrait entre 6 et 10 participants, 10 commençant à faire beaucoup mais moins de 6 limitant l’intérêt de travailler en atelier. Pour le coût, je pensais à quelque chose comme entre 100€ et 200€ par atelier (soit 1000 à 2400€/année de formation). Qu’en pensez-vous?

J’ai lu le commentaire sur la comédie et j’y reviens dans un prochain post.

7 Réponses to “Passage éclair”

  1. Lea Says:

    Salut !
    Je suis tombée (presque) par hasard sur ton blog hier, et je dois avouer qu’il est plutôt intéressant.
    Je serais franchement tentée par ce que tu proposes là, mais j’ai cru comprendre que tu étais sur Paris, ce qui n’est pas mon cas, donc impossible pour moi.
    Et juste histoire de donner mon avis, je pencherais pour des séances un peu plus rapprochées 🙂

    • Anaël Says:

      Bonjour et merci pour ton commentaire.
      Si suffisamment de personnes étaient intéressées pour des cours hors de Paris, il y aurait toujours moyen de s’arranger pour que je me déplace quelques jours, quitte à organiser des séminaires plus intensifs.
      C’est une option que j’ajoute à ma réflexion.

  2. Kyrian Says:

    Et pourquoi ne pas organiser ça en ligne avec inscription ??

  3. Kyrian Says:

    Bon c’est léger comme proposition, je développe. Monter un site où l’inscription est payante et les membres peuvent suivre tes cours à leur rythme sur divers ateliers aux choix.. Je peux t’aider à le monter si l’idée t’intéresse.

    • Anaël Says:

      Le véritable intérêt d’un atelier à mon sens, ce n’est pas la théorie, que n’importe qui d’un peu débrouillard peut trouver sur le net et dans les bouquins, mais le partage. Le fait d’être avec d’autres auteurs, de soumettre ses créations au regard des autres, de soi-même apprendre à lire un texte avec un regard critique, c’est la qu’est la véritable valeur ajoutée de ce genre d’ateliers et c’est évident qu’en faisant ça en ligne, on perdrait tout l’intérêt de l’exercice.
      L’autre avantage d’être à plusieurs c’est la motivation. Quand tu t’engages à te déplacer à intervalle régulier et qu’on te demande de produire, tu le fais plus facilement que seul devant ton écran. Mais effectivement, j’ai aussi pensé à un système online, c’est juste que l’intérêt me convainc moins.

  4. Kyrian Says:

    Je comprends ton point de vue et j’y adhère, rien de tel qu’un vrai face à face pour apprendre. Je me fais juste l’avocat du diable dans le sens où tout tend vers le « online ». Pour ce qui est du côté chaleureux, quelques forums amateurs proposent des échanges « littéraires » auxquels grands nombres d’apprentis participent et évoluent au fil des années. Je n’en ai pas trouvé de professionnel et j’en cherche un.. Je peux aider à le construire s’il faut..^^
    A bon entendeur 🙂

  5. Mitra Basteth Says:

    J’adhère dans l’ensemble. J’ajoute que dans formation à distance, le mot « distance » est à prendre à plusieurs degré et que cette distance, online ou pas, peut servir d’appuie et d’instrument et non d’obstacle, à des profils particuliers d’apprenants. Cela permet de limiter le nombre de rencontres de visu. C’est aussi un défi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :