Film vs série

by

Une série et un film sont-ils amenés dans leur production à diffuser d’une manière homonyme du sens? N’est-ce pas là une différence notable avec la littérature paginée?

J’ai regardé The Joneses aujourd’hui. Avec tous les changements dans ma vie à l’époque de sa sortie en salles, je l’avais raté mais l’affiche m’avait accroché et cela fait plusieurs mois que je repense à ce film. Je n’avais rien lu dessus. Je déteste ça, lire sur les films avant de les voir, ça déflore l’expérience spectatoriale et c’est vraiment du gâchis. Donc je ne savais pas à quoi m’attendre mais David Duchovny est très haut dans ma top-list des acteurs à suivre en ce moment et Demi Moore… Demi Moore jouait dans Striptease à l’époque où mes hormones faisaient la guerre à mon enfance.

Et puis il y avait cette affiche, avec sa logline.

Le film est exceptionnel. Je suis fâché avec le cinéma depuis quelques années. Trop peu de films m’ont convaincu ou donné envie de les revoir. Il y a bien eu I Love You Philip Morris mais passée la blague que reste-t-il ? Sans le savoir, quelque chose me manquait dans le cinéma, quelque chose que je retrouve quand je regarde un Wong Kar Wai. Ce n’est pas une question de qualité technique, il y a plein de films très bien écrits, amusants, divertissants, bien réalisés, joués à merveille, avec de beaux costumes, de beaux décors et une lumière parfaite. Mais si ce n’était pas ça qu’était-ce? Ce n’était pas non plus quelque chose que je retrouvais dans les séries, que je regarde à outrance depuis que je suis fâché avec le cinéma mais qui me laissent le même arrière goût de frustration, de me dire « ok, mais après? ». Je passe un bon moment, j’ai hâte de voir l’épisode suivant, mais une heure après avoir éteint l’écran que me reste-t-il? Est-ce que ça en vaut vraiment la peine? Si je n’avais pas le souci professionnel de me tenir au courant de la production audiovisuelle contemporaine, regarderais-je ces séries? Regarderais-je des films?

Les romans me laissent moins souvent cet amertume dans la bouche. Certains le font et de plus en plus depuis que je suis passé de l’autre côté du miroir et que je sais reconnaître la technique, que je connais les « trucs » des auteurs. Mais la plupart des romans – peut-être parce que je choisis des auteurs que je connais – ne me frustrent pas. Comment cela se fait-il?

Et là, en regardant la Famille Jones, j’ai compris. Ce qu’il me manque, c’est du sens. Ce sentiment d’avoir assisté à une série d’événement porteurs d’une signification, porteurs d’une vérité, d’une observation remplie de justesse sur la condition humaine. Ce sentiment que ce film peut me changer, qu’il va m’accompagner pendant longtemps. Ce n’est pas parce que l’écran s’est éteint que je peux passer à autre chose cette fois. J’ai eu un vrai sentiment de « closure », d’accomplissement, de conclusion.

Et de là une nouvelle question jaillit: cela est-il possible avec une série? Pour fonctionner en tant qu’oeuvre, la série a besoin de séduire des spectateurs, de les convaincre de revenir s’installer dans leur canapé semaine après semaine. Si le spectateur n’est pas là, la série n’a pas de raison d’être et doit s’arrêter. L’eldorado pour toute l’équipe qui entoure la production d’une série c’est que celle-ci ne s’arrête jamais, qu’elle dure et dure et dure encore comme Les Simpsons (22 saisons) ou Les Feux de l’Amour (39 saisons) Pour l’unitaire, la donne est différente. L’unitaire a besoin d’une fin, il se moque que le spectateur revienne la semaine prochaine parce que la semaine prochaine, il ne sera plus diffusé. L’unitaire se suffit à lui-même et peut se permettre de faire évoluer ses personnages, de porter un point de vue fort sur le monde et de créer un arc narratif qui permette à ce point de vue de se développer au plus fort de son potentiel.

Une série peut-elle faire cela? Sans fin préparée consciencieusement depuis la première minute du film, amenée progressivement par chaque scène de la narration, est-il possible de créer du sens (et je ne parle pas de cohérence narrative)?

Une Réponse to “Film vs série”

  1. Esther Says:

    Paradoxalement, je me dis qu’une série peut peut-être créer plus de sens, peut nous toucher davantage qu’un film… Bien sûr, pour certaines séries il vaut mieux bien être préparé (contrairement à Lost…).
    Et bien sûr, il vaut mieux que le scénariste ait au moins une vague idée de la direction à prendre… mais pour le reste, s’il est doué, il peut produire une série qui représente mieux la vie qu’un film… Car un film a un début et une fin bien préparée, mais… ce n’est pas le cas de la vie ! On a beau avoir des projets pour sa vie, au final on n’est pas sûr de les atteindre… Du coup les tâtonnements d’un scénariste au fil des épisodes et des saisons, porté par l’histoire, les personnages, les acteurs, peuvent donner un résultat plus réaliste et plus touchant (dans le sens qui nous parle) qu’un film soigneusement préparé.
    Je ne sais pas si je suis très claire, mais bon vu l’heure tardive…😉

    Bref en tout cas bonne chance pour ta carrière, et bravo pour ton blog, moi qui parcours régulièrement les blogs de scénaristes américains, je trouve dommage qu’il y en ait si peu de français…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :