Je m’apprête à faire un truc de fou, vous en êtes?

by

Une révolution dans l’édition se produit avec l’apparition du livre électronique. Connaissez-vous la publication sur le Kindle lancé par le célèbre site de commerce Amazon ? 

 

Je suis super excité à propos de ce truc que je m’apprête à faire. Un peu flippé aussi, parce que c’est m’exposer comme jamais. C’est prendre un risque encore plus grand que quand j’ai pris femme et enfant pour tout quitter et commencer à zéro dans une nouvelle ville.

C’est prendre un risque encore plus grand que de ne jamais suivre aucune formation professionnalisante autre que le CEEA.
Plus grand que mon obstination à ne jamais avoir de plan B dans la vie.

Parce qu’il y a en jeu mon image. Si j’échoue cette fois, ce sera publiquement et ça, ça me flippe.

Bon.

Je fais vite avant de changer d’avis. C’est totalement impulsif mais une fois que j’aurai lancé l’info il n’y aura plus de marche arrière possible alors je dois faire vite pour que la petite voix qui me dit: « arrête, t’es fou!!! » ne gagne pas.

Vous le savez sûrement, je crois en avoir parlé ici et si ce n’est pas le cas j’en ai parlé ailleurs, une révolution est en cours dans la manière dont les livres sont publiés.

Comme iTunes a révolutionné la manière dont on publie, consomme et vend de la musique, Amazon et son Kindle sont en train de révolutionner la manière dont on publie, consomme et vend des livres.

Vous ferez des recherches sur le Kindle plus tard si vous ne savez pas de quoi je parle, restez avec moi encore quelques lignes. L’info la plus importante à retenir c’est qu’Amazon a ouvert sa plateforme de publication à tout le monde. C’est-à-dire que peu importe que vous soyiez un éditeur ou un auteur isolé, vous pouvez publier sur Kindle vous-même. Et toucher jusqu’à 70% du produit des ventes de vos livres.

70%

Vous savez combien gagne un auteur dans le circuit de l’édition traditionnelle ? 6 à 12%

  • 6 à 12% dans l’édition traditionnelle
  • 70% dans la nouvelle édition

Je vous laisse digérer cette info.

C’est bon ?

Ok. Alors accrochez-vous, voilà la suite.

Quelque part en 2011 (je crois que c’était en avril), un type appelé John Locke, un ancien vendeur d’assurances de 60 ans, qui n’avait jamais écrit un roman de sa vie a vendu 1.000.000 de romans sur Kindle. Oui, UN MILLION. Et il a décidé d’écrire un livre sur la manière dont il s’y était pris pour le faire. Étape par étape.

Ok. Deuxième effet kiss kool, un paquet d’auteurs américains PUBLIÉS mais mid-list (ceux dont on n’entend jamais parler mais qui vendent assez pour que les éditeurs les gardent dans leurs écuries) ont décidé de lâcher leurs éditeurs et de se lancer à leur compte. « De toutes façons, disent-ils, on s’occupait déjà de trouver nos propres lecteurs, alors ça ne changera pas grand chose, sauf qu’on aura la vie plus facile ». Parmi ces auteurs, Holly Lisle, dont vous savez que je l’apprécie, mais elle n’est pas seule.

Moi, vous le savez peut-être, je veux être romancier depuis que je suis ado mais le milieu de l’édition et la manière dont les éditeurs traitent leurs auteurs et la manière dont les libraires traitent les livres, tout ça m’a pas mal dégoûté et fait passer l’envie. J’ai toujours gardé en tête cette envie, j’écris régulièrement des textes littéraires pour le plaisir, que je garde dans un coin sans vraiment chercher à en faire quoique ce soit.

Et je me suis toujours posé la question de savoir si le web serait un bon véhicule pour ces textes. En tous cas, à réfléchir à des solutions alternatives à l’édition traditionnelle.

Ça n’a pas été mon souci principal ces dernières années, juste un truc auquel je revenais régulièrement, vaguement frustré de ne rien faire mais pas assez convaincu par quelque option que ce soit pour vraiment passer à l’acte.

En septembre 2011, Amazon a sorti son kindle en France. J’en ai parlé sur un des blogs, mais sûrement pas ici (je vous le redis, j’écris ce message dans l’urgence, avant de changer d’avis sur ce que je m’apprête à annoncer, c’est pour ça que je ne vérifie pas ce que j’affirme).

J’attendais ça avec impatience, je savais que ce serait le début de la révolution en France. Il faudra un peu de temps pour que les gens adoptent vraiment la liseuse mais je sais que ça arrivera, autant que je savais que je finirais par vivre de l’écriture ou que cette fille rencontrée dans un cours de théâtre deviendrait la femme de ma vie. C’est ce genre de conviction que j’ai toujours suivi pour prendre mes décisions et ça a toujours plutôt bien marché pour moi alors je ne suis pas prêt de m’arrêter!

C’est pourquoi 2012 sera pour moi l’année du retour à la littérature, à l’écriture de romans plus précisément et l’année de l’autopublication.

J’ai décidé de me lancer. J’ai lu pas mal sur la question, j’ai suivi des séminaires sur la publication de livres sur Kindle et sur le moyen de communiquer sur leur existence auprès des lecteurs et je me sens paré. Le hic c’est qu’à part John Locke, aucun de ces formateurs ne parle de fiction. Ils écrivent des manuels, faciles à référencer et à trouver. Donc leurs techniques valent uniquement dans une certaine mesure pour les auteurs de fiction.

Je suis quand même convaincu qu’il est possible avec le Kindle et les outils d’Amazon, de toucher un public suffisant pour tirer un revenu confortable de l’écriture de romans.
J’en suis convaincu mais je ne le sais pas vraiment. Aucun fait ne me le prouve. Je ne l’ai pas (encore) fait. C’est tout l’enjeu de cette année : sauter le pas, tenter le tout pour le tout, et voir ce qui en ressort.

Je me suis fixé un objectif tout petit pour cette première année, parce que j’imagine que je vais faire pas mal d’erreurs et que je vais pas mal tâtonner : gagner 5000€ en vendant uniquement un, ou des, romans. Mais c’est une infime portion de ce que j’estime possible de gagner à terme en publiant moi-même mes romans (note: j’ai un certain nombre de règles auxquelles je tiens particulièrement, la première étant de ne publier que des romans de qualité, ce dont je m’assurerai en engageant des lecteurs professionnels pour avoir des retours éclairés sur les qualités et les défauts des différentes versions).
Ce n’est pas ça, le truc de fou. Le truc de fou c’est que je suis prêt à le faire publiquement.

Le « truc » c’est que ce ne sera pas gratuit. Je ne vais pas juste ouvrir un blog accessible à tous et montrer mes tentatives plus ou moins réussies de créer un revenu autonome à travers l’écriture et l’édition de romans.

Pourquoi pas ?

  • D’abord parce que je n’en ai pas envie, ce qui est une raison qui devrait se suffire à elle-même. Je n’ai pas envie de m’afficher en public en train d’apprendre. Je l’ai fait avec architecriture et je n’ai pas envie de revivre cette expérience.
  • Ensuite parce que je veux que seulement des gens motivés pour suivre le même chemin que moi suivent ce blog. Je préfère avoir 3 inscrits qui vont expérimenter en même temps que moi, avec qui je vais pouvoir partager des impressions, discuter de nos découvertes mutuelles, et progresser ensemble, 3 personnes qui veulent trouver un moyen de vivre de l’écriture plutôt que 100 personnes vaguement curieuses de voir ce qui arrive mais qui n’en tireront rien, qui commenteront le processus sans prendre la peine de l’expérimenter parce que de toutes façons ça ne les intéresse pas.
  • Enfin parce que je suis convaincu que ce que je vais apprendre va fonctionner et que ceux qui l’apprendront en même temps que moi auront tous les outils clefs en main pour construire une carrière dans l’écriture de romans, en se passant des intermédiaires. Je suis convaincu qu’ils pourront gagner beaucoup d’argent s’ils appliquent ce qu’ils apprendront en m’observant et je suis convaincu qu’il n’y a rien au monde qui ait plus de valeur que les connaissances. Je réinvestis 15% de ce que je gagne chaque mois dans l’apprentissage de nouvelles compétences et dans l’approfondissement de ce que je sais déjà. Je considère que c’est le meilleur placement possible pour mon argent, bien meilleur qu’un produit bancaire. Parce que ces connaissances, je peux les revaloriser et m’en servir pour mieux gagner ma vie, même en temps de crise. Je ne me contente jamais de ce que je sais déjà, je crois que vous le savez si vous me suivez depuis un moment, et je considère que c’est ce que tout le monde devrait faire. Donc par conviction personnelle, je vous demanderai d’investir dans ce que je considère comme une formation dans l’art de vivre de l’écriture.
  • En plus, je vous offrirai des tas de choses en cours de route qui recouvriront largement vos frais de départ.

Juste pour info, si je réussis aussi bien que je pense le faire, je synthétiserai cette année d’expérimentations en une formation clef en main que je vendrai 2500€ parce qu’elle rapportera le double à ceux qui la suivront.

Mais cette année, bien entendu, je ne peux pas décemment demander une telle somme. Je ne sais pas du tout combien je vais pouvoir gagner à la fin de mon expérience.

Depuis cet été je me forme à différentes techniques de valorisation de contenu sur le net, parce que j’aspire à ne plus dépendre des producteurs, des diffuseurs, ou des éditeurs. J’ai une grande estime de l’autonomie et je veux la partager avec vous. Grâce à ces techniques, qui n’ont rien à voir avec l’édition de livres sur Kindle mais y sont périphériques, j’ai déjà gagné plus de 500€ en janvier.

Je suis donc sûr de pouvoir vous faire gagner au moins quelques centaines d’euros grâce à l’application de ces techniques. De quoi, vous allez le voir tout de suite, largement rembourser l’investissement que je vous demande si vous voulez vivre mon année d’expérimentation avec moi.

Combien cela coûterait-il d’avoir accès au blog où je détaillerai tout:

  • les étapes par lesquelles je passe pour concevoir, écrire, et publier un roman sur Kindle…
  • les techniques que j’utilise et adapte à la publication de romans sur Kindle…
  • la manière dont je m’y prends pour cibler un public, écrire un roman qui lui plaira et lui faire part de l’existence de ce roman…
  • la manière dont je m’y prends pour fidéliser ce public et m’assurer qu’il voudra lire d’autres livres de ma main pour m’aider à vivre de l’écriture…
  • les techniques que prônent les créateurs de contenu non-fictionnel pour gagner plusieurs dizaines de milliers d’€ chaque mois sur Kindle…
  • un exemplaire GRATUIT de la méthode synthétisée à la fin de la période d’expérimentation…

Cela coûtera 150€

150€ c’est 12,5€ par mois, soit moins qu’une demi-baguette ou un demi-café par jour. C’est un cadeau. Et les lecteurs de ce blog bénéficient d’un tarif encore plus intéressant.

Si vous êtes déjà convaincu, n’attendez plus et inscrivez-vous MAINTENANT en cliquant ICI. Sinon, continuez à lire pour mieux comprendre ma démarche.

Dès l’année prochaine, si j’ai atteint les résultats que j’escompte, je vendrai cette même formation à 2500€ et limiterai considérablement le nombre de places.

Alors je sais ce que vous vous dites: c’est très pragmatique comme approche, la littérature c’est de l’art, l’écriture ça doit venir de l’âme. Mais dites-moi quelle est la différence entre un romancier qui cherche comment vivre de sa plume et un scénariste qui cherche à vendre un scénario à un producteur ?

Pensez-vous réellement que l’art devrait être gratuit ? Pensez-vous que nous devrions OFFRIR nos textes aux diffuseurs ? Sincèrement ?

Si c’est le cas, je me demande ce que vous faites sur un blog dédié au MÉTIER de scénariste et plus généralement aux MÉTIERS de l’écriture. Un métier, c’est une activité que l’on exerce de manière lucrative, c’est une activité qui est censée mettre un toit au-dessus de nos têtes et de la nourriture dans nos assiettes, à la différence d’un hobby, que l’on fait uniquement pour le plaisir.

La différence majeure du métier d’auteur avec un autre c’est qu’il est plus difficile de bien l’exercer sans y prendre du plaisir et que ce après quoi nous courons tous c’est le fantasme d’avoir notre propre série produite ou notre propre film réalisé. Peu de scénaristes écrivent par vocation des épisodes de séries créées par d’autres.

Alors s’il y a une possibilité que les romanciers puissent aujourd’hui écrire ce qu’ils veulent et trouver le public qui veut lire ce qu’ils veulent et que ce public leur donne avec plaisir de l’argent en échange de ces textes, et le leur donne directement au lieu d’engraisser un éditeur, quel est le mal ? Où est le problème ?

J’ai toujours prôné la responsabilité de l’auteur, le fait de prendre sa carrière en main. J’ai longtemps refusé de prendre un agent pour cette raison Aujourd’hui je vois se dessiner la possibilité d’exercer mon métier sous une autre forme, qui m’a toujours attiré et rendu curieux et séduit. Et ce sans passer par des intermédiaires à l’utilité discutable. Alors je saisis l’opportunité et je propose de vous emmener avec moi. Et je suis tellement convaincu de la valeur de ce que je m’apprête à faire que je vous demande un investissement financier dans le projet. Mais cet investissement est surtout un moyen pour moi de m’entourer de gens vraiment motivés. Je ne veux pas que vous vous inscriviez par curiosité. Je ne veux pas que vous lisiez mon expérience si vous ne comptez pas vous en servir comme d’un guide pour construire votre propre carrière. Parce que cela n’aurait aucun intérêt pour vous. Ce serait comme passer un an dans les cuisines d’un grand restaurant sans avoir l’intention de devenir cuisinier : vous perdriez votre temps.

Si je rends cette expérience publique, c’est pour m’entourer de gens qui veulent apprendre en même temps que moi et avec qui je puisse échanger sur le défi à l’oeuvre.

Alors si le défi vous intéresse, n’attendez pas, inscrivez-vous MAINTENANT en cliquant ici.

Pour vous remercier de me faire confiance, si vous vous inscrivez  AVANT LE 17 MARS, vous ne paierez que 57€ . A partir du 17 mars, le prix augmentera et ne redescendra plus jamais.

Agissez MAINTENANT.

Étiquettes : , , , , ,

2 Réponses to “Je m’apprête à faire un truc de fou, vous en êtes?”

  1. kaddour Says:

    bonjour je n ai pas tout compris sur le truc de fou que tu t apprêtes à faire mais ça a l air futé . voulais juste te dire un grand merci parce qui que tu sois( écrivain auteur scénariste père époux citoyen mec) ton blog, ce que tu racontes, à cette heure ça me sauve d une putain de noyade interne.alors merci pour ton travail.

    • Anaël Says:

      Bonjour,
      wow! Merci pour ton commentaire! J’espère que tu t’accroches et que tu réussiras à rester à flots.
      Bon courage et merci encore!!
      Anael

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :