Il faut savoir tourner la page

by

Après 307 articles en l’espace de 5 ans, ce blog est officiellement fermé.

Je me retire du milieu. Je mets la clef sous la porte et je ne reviendrai pas.

Si je pouvais, je mettrais le feu au bâtiment, mais il reste quelques vieux tomes à l’intérieur de ces murs qui pourront servir à ceux qui prendront ma suite.

D’autres aventures m’attendent.

Pour la première fois depuis huit ans je sais où je vais et je me sens à ma place où je suis.

J’ai enfin trouvé le bon équilibre et la bonne organisation pour écrire les livres que je porte depuis toujours et ceux qui sont encore à venir.

Après une longue convalescence, j’ai enfin le sentiment d’avoir retrouvé l’évidence de l’écriture romanesque.

Je suis heureux du chemin parcouru, heureux d’avoir vaincu l’ennui, heureux de m’être forcé hors de mes zones de confort et dans la construction de nouvelles règles, d’une nouvelle vie. Je savais que je n’étais pas obligé de vivre entre les marges que le monde me proposait. Je savais que je pouvais définir mes propres règles mais il aura fallu attendre cette année pour que je parvienne enfin à le faire de manière durable.

A un niveau plus directement lié à l’écriture, ces sept années à apprendre et exercer (mais la frontière est mince entre les deux) le scénario, j’ai acquis une énorme connaissance des mécanismes narratifs, de la matière première qui fait les histoires, des outils qui permettent de les rendre passionnantes. Cette connaissance, j’ai longtemps lutté pour l’adapter à l’écriture romanesque et après une longue maturation, j’ai réussi à en tirer des systèmes, des processus de travail qui me permettront d’écrire de meilleurs livres.

Quand je me suis présenté à l’oral du conservatoire, j’ai annoncé la couleur directement: je cherchais avec le scénario à acquérir une compétence qui me permettrait de gagner de l’argent pour financer l’écriture de mes romans. J’étais curieux de découvrir une autre forme d’écriture mais ce qui m’intéressait surtout, c’était le métier qu’il y avait derrière et les options que je pensais qu’il m’ouvrirait. J’ai tenté pendant cinq ans de trouver le bon équilibre entre deux pratiques d’écriture. En vain. D’autres y arrivent sans doute. Moi pas. En tous cas pas avec le scénario de commande. Il y a trop d’incertitude, pas assez de stabilité, mon cerveau n’arrive pas à se concentrer dans la précarité. Comme le dit Oxmo Puccino

« Le suspense des prochains loyers peut poser des problèmes de loyauté »

Ma loyauté à moi va au roman et j’ai trop souffert de lui être infidèle.

Je n’exclus pas de redevenir scénariste un jour, mais ce sera pour des projets que j’aurai (vraiment) choisis. Ce sera sans doute en étant mon propre producteur.

En attendant, j’écris mon prochain roman et je le publie moi-même. Les rapports avec les producteurs, même lorsqu’ils ont été bons et positifs, m’ont échaudé et je ne veux plus aucune main extérieure dans mon processus créatif. Je ne veux pas d’intermédiaire entre mes livres et leur public.

J’ai un planning d’écriture suffisant pour m’occuper jusqu’en 2014.

Je n’ai tout simplement plus le temps d’être scénariste, de gaspiller ma vie à ne pas réaliser ce que je suis venu accomplir. Plus le temps, plus l’envie, le dégoût du milieu dans lequel ce métier s’exerce, aucun intérêt réel pour le métier lui-même… ça fait beaucoup de raisons d’arrêter.

J’ai quand même encore des choses à écrire sur le scénario, une sorte de bilan à partager, de guide pour les nouveaux venus. Je le ferai dans les mois à venir (je ne m’engage pas sur une date), je le ferai sur la nouvelle plateforme que j’ai destinée à ceux qui veulent devenir scénaristes.

Je posterai sans doute l’info de la mise à jour du site ci-dessus ici, sur ce blog pour lequel je garde une affection et un attachement profonds.

Merci à vous tous. J’ai aimé les échanges que nous avons eus, ils m’ont énormément enrichi en m’aidant à réfléchir à ma pratique et au métier de scénariste en général. Si j’ai tenu ce blog et si j’ai mis aussi longtemps à le déclarer officiellement fermé c’est pour vous, pour les rapports humains qu’il m’a permis de découvrir, de créer, de cultiver. J’espère que vous garderez le contact. Je ne disparais pas du web, loin de là! Vous pourrez me trouver sur de nouveaux blogs, plus hétérogène, sur http://ecrire.tv/ et bientôt aussi http://anaelverdier.com/

Bonne écriture à vous tous.

C’était bien.

Étiquettes : , ,

Une Réponse to “Il faut savoir tourner la page”

  1. sally Says:

    Comme souvent je croise ton chemin dans mes questionnements existentiels autour de l’écriture…
    Moi aussi je tourne une page et décide d’ouvrir mon écriture à tous les possibles et on verra bien ce qu’il en sortira, viser seulement le scénario, quelle aliénation!
    Merci pour tes analyses et réflexions partagées.
    Bonne route à toi
    Sally

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :